loader

Bangkok – une journée au coeur de la grande ville

31. mars. 2015 -

Dimitri Burkhard, Mamiko Burkhard


Nous nous rendons pour la première fois à Bangkok – c’est d’ailleurs même notre premier voyage en Asie du Sud-Est. Le récit suivant relate les premières 24 heures dans la capitale thaïlandaise. Impossible de décrire les innombrables nouvelles impressions en quelques lignes parce que cette aventure urbaine a mis tous nos sens en éveil…

Le matin

A 8h00, le soleil est déjà haut sur Bangkok et grâce au décalage horaire, nous sommes prêts pour le tour de ville. Notre chambre à l’hôtel design Siam@Siam se trouve directement au-dessus de la piscine à débordement où certains lève-tôt font déjà quelques brasses. Nous, nous commencons par un copieux buffet au petit-déjeuner, rien de mieux pour entamer la journée.

Peu de temps après, nous sommes pris en charge à l'entrée de l'hôtel par notre guide Nuck et par le chauffeur Mister «O» au sourire indélogeable. Ce fut sûrement une sage décision de passer la première journée à Bangkok avec un guide privé.

Au grand palais royal, nous nous accordons du temps. Nous admirons les somptueux temples et essayons de comprendre la signification des dessins et créatures bouddhistes.

En repassant par l’entrée, nous constatons que les touristes font la queue en pleine chaleur de midi. 

Ensuite nous partons pour le Wat Pho, un autre complexe de temples gigantesque et en même temps le lieu de naissance du massage thaï traditionnel. Lors de ce tour guidé, nous bénéficions de connaissances approfondies que nous n’aurions sinon jamais pu entendre.

Au moyen des dessins vieux de plusieurs siècles, Nuck nous explique entre autres que le massage thaï se base sur la physiologie, l'acupuncture et la réflexologie. Cela semble tellement relaxant que nous rêvons déjà de nous faire masser au moins tous les jours.

A midi

La montre indique midi et nous n’avons plus qu’une chose en tête: manger.  Cela fait partie de la culture thaïlandaise de se nourrir à tout moment de la journée et de la nuit. A un stand de rue rustique, nous avalons un bol de soupe aux nouilles avec du porc et du poisson pour environ 1.30 francs suisses par bol.

En Thaïlande, ces stands se reconnaîssent tout de suite par leur construction ouverte, comme un garage. Il faut évidemment un peu de courage pour s’y asseoir sans parler un mot de thaïlandais – et sans déchiffrer la carte des menus. Mais grâce aux illustrations, il est possible de faire le bon choix. Nous avons même essayé l’App „Google Translate“ en tapant: nous voulons une soupe aux nouilles moyennement épicée“. En tout cas on nous a compris! 

L’après-midi

Nuck sait que nous aimons faire des photos. Elle nous emmène donc l’après-midi à travers les rues de Bangkok qui sont les plus affairées. Le long des routes, s’étalent des garages à côté des salons de beauté et des drogueries chinoises. Parfois, il y a même la combinaison garage/bol de soupe ou boutique de souvenirs/massage des pieds. 

Dans le district du commerce de gros, nous traversons le marché aux fleurs et dégustons pour la première fois les fruits frais avec un goût typiquement salé-sucré-épicé

Juste à côté on fait des bouquets de roses colorées: 48 roses sont à marchander pour 50 baht soit environ 1.50 francs.

Le soir

L’hôtel Siam@Siam se situe au coeur du district commercial. A quelques pas du lobby de l’hôtel, nous ne découvrons pas uniquement des boutiques de luxe mais également des centres commerciaux remplis de produits contrefaits et bien sûr aussi le marché nocturne. Une expérience typiquement thaïlandaise qui doit être vue au moins une fois (mais pas forcément deux fois): les marchands vendent des t-shirts originaux, du savon et d’innombrables souvenirs d’éléphants. Pour nous consommateurs européens décents. Il est impératif de négocier avec les vendeurs. 

A notre hôtel, l’hôtelier suisse Geev Andre Bahrampoori nous attend sur la terrasse du toit du Siam@Siam. Au restaurant „The Roof“, nous sirotons notre apéro tout en admirant la vue sur la ville illuminée.

Les plats exquis sont réalisés par le chef étoilé français Gilles Poitevin. Son concept novateur repose sur une interprétation moderne de la cuisine française traditionnelle. Et l’escargot casserole a un goût vraiment excellent sous le ciel étoilé de la Thaïlande. Nous nous imaginons parfaitement comment le roi de Thaïlande se sentait lorsqu’il était autrefois servi par le chef Poitevin. 

Après cette première journée, nous sommes conscients du caractère illimité de Bangkok: que ce soit les temples dorés qui témoignent de la richesse du Royaume, les rues effervescentes règnent un chaos indescriptible ou la cuisine gastronomique française que l’on vient justement de nous servir.

Tout semble possible ici à Bangkok et il n’est donc pas étonnant que cette métropole porte officiellement le plus long nom d’une capitale au monde: “Krung Thep Maha Nakhon Amon Rattanakosin Mahinthara Yutthaya Mahadilok Phop Noppharat Ratchathani Burirom Udom Ratchaniwet Maha Sathan Amon Phiman Awatan Sathit Sakkathattiya Witsanukam Prasit”.

Les auteurs

En principe, Mamiko et Dimitri sont des auteurs indépendants qui sillonnent la Suisse. Ils documentent les propriétés du pays pour le magazine en ligne „Newly Swissed“. Pour la première fois, les auteurs helvetico-japonais ont un fait un détour par la Thaïlande. Durant leur voyage, ils ont tenu un blog pour tourasia en notant des anedoctes passionnantes sur Bangkok et Chiang Mai.


Catégorie : Thaïlande
Pas de commentaire

Ajouter un commentaire

*
*

*

* - champ obligatoire

 

Bien se faire conseiller:

021 963 02 18

lundi au vendredi: 9h00 à 18h00